21
FéV 17

Un trou dans la mare

Aller acheter du lait de vache pour ton goûter.
– Et de la colle sous-marine pour boucher le trou dans la mare.
– Écouter la conférence de Colette SOLER "La parole et le corps", l'été dernier à Beyrouth. Nos désirs pris au mot alors.
– Donner aux fermiers d'à-côté le coq de Faverolles qui fait le beau mais qui t'attaque par derrière.
– Réparer le pneu crevé de la tondeuse à moteur pour le printemps qui arrive.
– Démêler, couper ou arracher les nœuds inextricables de ton chat persan après tout l'hiver.
– Choisir un potimarron chez le marchand de primeurs.
– Chercher à savoir d'où vient la propension à fantasmer et puis, surtout, pourquoi ça s'empêche.
– Planter les premières salades dans le carré potager au soleil.
– Retrouver le trou dans la mare.

C'est tout ce que j'ai trouvé à faire. 

Oui, tout ça, plutôt que publier le récit de ma séance en divan quand je me retrouvais au petit matin sur le plateau de Saclay avec une bande de ripeurs. C'était un rêve et je racontais ça à ma psy qui soudain interprétait mes mots en anglais. C'était plein de fantasmes alors. Et aussi plein d'empêchements hélas.

Et donc j'avais commencé à écrire tout ça pour un prochain billet avec un titre assez accrocheur, je trouve : Les gens préfèrent la religion ou la méditation en pleine conscience. Mais, même si tout ça reste sur la scène de l'inconscient, c'était trop choquant pour les gens (il y a une coach sur Facebook qui m'a écrit que ça lui faisait peur). Et surtout, j'arrête vraiment d'écrire sur mes séances avec ma psy parce que ça devient de plus en plus intime et alors ça m'empêche d'aller au bout de mes fantasmes.

La conférence de Colette SOLER, "La parole et le corps", c'est vraiment bien. Un extrait :

« … La psychanalyse, c'est l'envers du discours du maître. Envers ça veut dire qu'elle n'est pas sans lien, mais elle va en sens inverse en quelques sorte. Et, là où toutes les politiques de civilisation des corps (la biopolitique comme le disait Michel Foucault) cherchent à obtenir des effets d'homogénéité, des effets de standardisation – on peut formuler ça en disant qu'elles nous invitent à marcher tous au pas, ou du même pas –, la psychanalyse, elle, s'intéresse à l'inverse, elle s'intéresse à ce qui ne marche pas au pas, dans chaque individu. C'est-à-dire elle s'intéresse à la partie de l'individu qui n'est pas rentré ou qui reste un peu à côté, un peu hors de la bio-éducation généralisée, de ce qui n'est pas plié à la norme, de ce qui n'a pas été domestiqué.
Et le premier nom de ce qui n'a pas été domestiqué et qui fait souffrir les sujets c'est le symptôme. Le symptôme c'est ce qui vous empêche de faire ce que vous voulez […] et c'est ce qu'il y a de plus singulier pour chacun […] ça ne peut pas se transmettre …
» Colette SOLER

Et c'est là :
 

Le séminaire clinique à Beyrouth invite Colette SOLER à parler de « La Parole et le Corps »
dimanche 26 juin 2016

En vidéo sur YouTube