31
MAI 13

En moins bien

« Essayez-ça ! » il m'a dit en me tendant ce livre-là ; en douce, comme un dealer amoureux de sa came. Et ce livre, il est allé le chercher dans un rayon particulier, pour moi qui cherchais un roman qu'il n'avait pas et que j'ai oublié depuis. Et il a ajouté, comme s'il écrivait là, en live, la quatrième de couverture : « Tout simplement déjanté et féroce, tragique et abrasif ! »
Mais pourquoi alors il me passait ce livre, à moi qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam ?

Peut-être parce que dans ces pages, il y a une biche psychopathe et blessée, une femme belle comme une apparition. Une épidémie de suicides sur une dune qui chante. Un allemand qui tourne en rond au pied de la dune. Un ange dépravé. Un pélican hargneux tellement il est affectueux. Une Chevrolet Impala rouge qui feule comme un chat. Un narrateur qui a le don inouï d'attraper les étoiles au lasso.

Ici tout est fictionnel autobiographique. Et ce livre, c'est comme une étoile attrapée au lasso. Une fable sur la vie, l'amour et la mort. Vraiment déjantée et féroce ; comme la vie, l'amour et la mort. À savourer encore et encore.

En moins bien, Arnaud Le GuilcherStéphane Million Editeur.

 

25
MAI 13

Il était une fois, deux fois et plus

Sixième séance de supervision en groupe ; c'était vendredi dernier, en cette école de coachs. Une école qui ainsi invite à ne pas attendre d'accompagner pour être accompagné. Car c'est ça l'enfance de l'art. Pas les diplômes ni les accréditations à foison.
Et ce soir-là, j'ai aimé initier ceux qui étaient venus, à voyager dans le temps. Le temps d'hier et de l'enfance, d'ici et d'ailleurs. Voyager pour détricoter les répétitions familières, ces intrigues qui se sont 
nouées jadis, au cœur et autour d'un manque originel, et qui n'ont de cesse de se rejouer aujourd'hui, même si ça fait mal. 

Et en partage ici, mes notes, mon antisèche pour ce voyage-là, sans censure ni divan, en duo du hasard et quand la nuit tombe.
 

18
MAI 13

Du bout de la langue

Il en a vraiment ras le bol de la drozophile qui  tague les airs, là, sous le toit de verre et qui, toujours, toujours, zigzague autour de lui. Alors il m'offre une Dionaea, cette plante qui attire en douce les mouches de coach et puis qui les dévore patiemment. Et le nom vulgaire de la Dionaea, c'est "Gobe mouche de Venus".

*

- Dis, tu crois pas que s'il y a tant et tant de mouches et de moucherons, là, sous ton bord de ciel, c'est à cause du Saint-Félicien et du reblochon dans ton frigo ? me dit-elle, elle qui ne gobe pas n'importe quoi.

*

14
MAI 13

Dis pourquoi ?

- Les cinq blessures qui empêchent d'être soi. Dis, pourquoi les coachs ils aiment tellement ce livre-là ? Elles sont multiples nos entailles et initiatiques nos blessures d'autrefois. Elles permettent aussi d'être soi, non ?

*

Elle aimait l'accrocher à un vieux clou dans un coin ou l'autre de la cuisine. Mais toujours bien en vue et à portée de main. Comme un morceau du ciel et des mauvais jours qui pourrait leur tomber sur la tête. En un éclair et sans vraiment comprendre pourquoi, au fond. Alors lui, entre chien et loup, il montait en douce sur le tabouret de Formica et il aimait prendre soin d'arracher une, deux et trois lanières, de couleur et de cuir, de cet outil de châtiment et d'alors. Et puis les cacher tout au fond du jardin. Et elle n'y voyait que du feu.

*

08
MAI 13

A quatre pas du paradis

La Roche-Migènes. C'est un nom comme des vacances d'été. Et c'est le nom de la gare au bout du bout des rails, là-bas, sur le chemin à quelques pas du paradis.
« C'est aussi hélas comme un ghetto, murmure-t-elle ; un non-lieu pour ceux de la compagnie qui sont parfois mis sur la touche, en secret et à jamais. »

*

02
MAI 13

Un peu, beaucoup, pas du tout

Au sortir de l'école des coachs, elle a ajouté formations à foison et certifications à la mode. Et maintenant, elle s'étonne, elle se plaint de n'avoir toujours pas de clients. Et puis là, tour à tour déprimée et enragée, elle voudrait tout balancer.
Et, en même temps, elle se dandine et se tâte, elle renifle et hésite à venir en bord de ciel, un instant et plus peut-être. Comme si elle sentait bien au fond d'elle qu'il est bon d'être accompagnée pour accompagner ; un peu, beaucoup, passionnément

Et moi, là, j'aime créer quelques instants de supervision réservés à ceux de la grande école qui rechignent encore et qui ainsi patinent ou zigzaguent dans leur développement.

26
AVR 13

Sur les routes en lacets

- Allez, venez, je vous emmène ?
Il la regarde en coin et se demande si c'est du lard ou du cochon ? Et puis, sans plus de chichi, il monte dans sa cage à moteur.
Petites routes de campagne sous la ouate des nuages. Cette femme-là aime conduire vite et bien. Mais il n'en mène pas large au dedans de lui. Virages serrés. Elle attaque fort et à la corde. Il s'affole et se tend comme un ressort. Et soudain le temps se trouble. Maintenant c'est comme hier.
Il a onze ans. Routes de forêt en lacets. Au clair matin en compagnie de la femme première. Elle emmène son chien de combat à un concours de beauté. Elle aimerait bien gagner un prix. Et soudain ça dérape et ça zigzague. 

23
AVR 13

Bien vivre du coaching ?

Nous aimons rejouer au présent et à notre insu, nos histoires familières et de jadis, un peu, beaucoup, passionnément… comme pour trouver enfin d'autres dénouements.
Et c'est vrai aussi dans notre manière d'aller vers le monde, de tirer le diable par la queue ou bien de cultiver l'abondance sereine.
Ce sera le thème d'une journée particulière et en duo, sous l'égide de la NLPNL et comme un voyage en soi.

18
AVR 13

Prendre soin de ceux qui soignent

Il y a depuis cinq années, au sein du Ministère de la Santé, une équipe de coachs internes qui accompagnent les médecins et les directeurs d'hôpitaux sur leur chemin professionnel. Un chemin qui jusqu'alors était plutôt tracé d'avance et qui aujourd'hui est de plus en plus imprévisible et chamboulé par le train des réformes et des mutations, profondes et accélérées, sans plus de cartes ni boussole.

Et chez ces coachs-là, il y en a qui aiment aussi que je les accompagne en supervision ; parce que prendre soin de ceux qui prennent soin et qui dirigent, qui font bras de fer avec l'impossible et l'absurde, la maladie et la mort, ça ne s'apprend pas sur les bancs des écoles de coaching.

17
AVR 13

A l'orée de la forêt

Elle dirige un comptoir chic là-bas, à l'orée du bois de bruyère ; et elle sait combien dès l'enfance, elle était déjà la mère de sa mère.
Alors il lui faut moins d'une seconde pour découvrir qu'elle aime bien jouer encore à la maman parfois ; ce jeu si familier quand elle veut prendre soin de cette jeune femme dans son équipe ; celle-là qui se dit débordée mais qui au fond ne lui demande pas ça ; ou peut-être pas comme ça.

08
AVR 13

Sous les nuages

Lui qui a choisit le métier de la terre aime tant et tant caresser ses creux et ses courbes ; aux lisières et tout au fond, tout le jour et jusqu'à la lune, dans sa cage à moteur.

*

- Qu'imaginez-vous que je n'aimerais pas de vous ?
C'est la question qui me vient là et de je ne sais où. (Enfin si ! Je sais maintenant ; ça me vient de là-bas, sur le divan, quand je demande si je suis aimable ou haïssable.) Question un brin saugrenue ici mais tellement bien faite pour elle, là. Elle qui voudrait gagner à tous les coups, à chaque shopping ; ce rituel en peuple coach qui chaque fois la tend comme un ressort, qui la met encore et toujours à l'épreuve dans son désir d'être aimée. Blessure qu'elle connaît bien, en long en large, de jadis et de celui qu'elle aurait tant aimé qu'il l'aime.

*

21
MAR 13

L'Atelier des DRH

Michel FOURMY est un ami de longtemps qui aime aussi accompagner les dirigeants et les DRH ; passionné par le management du capital humain, il partage son approche originale dans son ouvrage : Stratégie et création de valeur (Maxima 2012).
Et nous avons eu envie de partager un coin du ciel pour créer et animer un atelier singulier, en groupe de pairs et sur des questions essentielles :

• Etes-vous devenu le DRH que vous rêviez d’être ?
• Quels idéaux avez-vous pu concrétiser ?
• Avez-vous la place et l’influence que vous souhaitez dans votre entreprise ?
• Quelles sont vos convictions, vos combats, vos leviers personnels de développement ?

 

13
MAR 13

Sous les étoiles de neige

Hagards et aux aguets, comme si le ciel allait leur tomber sur la tête, ils surgissent, ils bondissent hors de la bouche de métro ; une main sur leur flingue, l'un couvre l'autre et vice versa. Enfants déjà, ces deux-là pillaient les troncs des églises. Alors ils hésitent un instant, ils épient à l'entour et puis non, finalement ils se résignent. Et ils balancent leurs sacs lourds de pièces et de billets dans le fourgon blindé de la Brinks.
Et chaque fois c'est pareil.

*