27
OCT 10

Saveurs d'enfance

Elle se sent souvent démunie devant celui qu'elle accompagne. Elle n'a pas encore appris à écouter entre les mots et les regards, entre les gestes et les silences, le manque et le besoin de tendresse. Ni au fond d'elle-même ni en l'autre. Ni à l'école du coaching ni ailleurs.
Alors, lui, de séance en séance, comme pour l'initier, apporte ici des morceaux oubliés de son histoire. Et aussi son doudou, parfois. C'est un nounours, éclopé, râpé, retrouvé dans la maison de son enfance.

Aujourd'hui, il l'a laissé là, sur le sofa, entre les coussins de velours. Odeurs de grenier et saveurs d'enfance dans le pelage usé. Alors, elle le met à tremper dans l'eau de Javel.

*

21
OCT 10

La couleur 1146-6 du nuancier

Elle qui, longtemps, m'a accompagné à travers les labyrinthes secrets de mon histoire et dans les jardins enclos de mon âme est là, au creux du canapé, blottie contre les coussins de feutre et de soie. J'ai aimé l'inviter, entre chien et loup, pour savourer les créations éphémères d'un pâtissier amoureux. Envie de prendre soin d'elle. Elle qui s'abandonne un instant au silence des anges et que j'ai, tour à tour, désirée et détestée, admirée et combattue. Étrange alchimie du transfert qui se dénoue.

*

15
OCT 10

Des pointes ou des chaînes

Elle a la charge d'un vaste territoire. Un millier d'âmes et plus. Elle aime en prendre soin comme jadis une reine amoureuse en son royaume. Et elle vient ici comme elle aime marcher le matin dans la brume et le soir dans les sous-bois. Loin du bruit du monde.
Mais, aujourd'hui, elle se sent chamboulée, désenchantée. Elle me parle de la folie d'une autre femme. Celle qui, là-bas dans sa tour de métal et de verre, abuse parfois de son pouvoir.

09
OCT 10

La grenouille

Je l'ai posée là sur le tapis de laine blanc. Il faut oser l'approcher et la toucher pour savoir si cette étrange grenouille est de pierre ou de métal. Gargouille tombée d'un clocher médiéval ou création inédite d'un ferronnier d'art amoureux.

07
OCT 10

Étreinte originelle

C'est aux premières heures du jour qu'elle m'a laissé son message. Chamboulée et inquiète. « Êtes-vous libre aujourd'hui, entre deux séances, à midi ou ce soir ? » Elle est tombée en amour de celui qu'elle aime accompagner. « Passionnément. Éperdument. » Et elle lui a parlé de son désir pour lui. Mais lui n'est pas amoureux. C'est sa tendresse à elle qui le nourrit à chaque séance.

23
SEP 10

Fin d'été encore

Sur la verrière en pente douce, une colombe dérape, maladroite, puis glisse, élégante. Son toboggan improvisé.

*

19
SEP 10

Fin d'été

Notre chat, tout blanc, tout noir, est resté seul au jardin pendant les vacances. Seul avec sa mélancolie. Notre compagnie aujourd'hui retrouvée n'y change rien.

*

19
JUI 10

Au jardin

Après l'orage
la coccinelle sur une framboise
son dessert gourmand

*

14
JUI 10

Confidences

Quand il est sorti de prison, il s'est fait jardinier. Jardinier des autoroutes. Et, sur les terre-pleins, au milieu des quatre voies, il sème des roses trémières.

*

04
JUI 10

Comme un caillou

« J'ai oublié de vous demander une prescription, une tâche, pour l'entre-séance. Je fais toujours des pas de géant avec vos prescriptions. Pouvez-vous m'en envoyer une, à travers les ondes ? »
« Camille, une prescription surgit dans l'instant. Ni après coup, ni sur commande. Mais, une fois n'est pas coutume, en voici une pour vous : savourez le plaisir d'être là où vous êtes, dans l'instant, sans rien faire, sans faire un pas, ni de géant ni de fourmi. Puis, observez où cela vous porte. »

*

27
JUN 10

Jour d'été

Triangle dramatique au jardin. Je sauve la souris des griffes du chat. In extremis. Elle, affolée, me mord un doigt jusqu'au sang. Et son bourreau ronronne de plaisir.

*

19
JUN 10

L'amour et la mort

Provocante ou lascive, abandonnée et sensuelle, parfois sadique, souvent maso, de séance en séance, elle se met en jeu pour séduire ou se battre. Jeu perdu d'avance ici. Désir irrépressible d'amour pourtant. Mais d'un autre amour. Amour originel, amour manqué. Alors simplement prendre soin d'elle, comme la mère prend soin de l'enfant.

*

06
JUN 10

Dans la cour de récréation

« Coacher avec la PNL Programmation Neuro-Linguistique. » C'est ce que cette équipe de coachs en entreprise voulait apprendre pendant deux jours. Pourtant, jusqu'alors, ils aimaient jouer avec l'improgrammé, le non neuronal, l'instinct animal. Alors pourquoi retourner à l'école ? J'ai eu le ventre noué, longtemps, longtemps avant. J'ai retrouvé mes cours au grenier. Et puis, le jour venu, nous avons marché sur un sentier buissonnier qui descendait en pente douce vers la cour de récréation. La cloche de l'école n'a jamais sonné. Et chacun a retrouvé son artiste intérieur, enfant doué et blessé, magicien et poète.

*