20
AOU 10

Amandine, Amandus

Initiée, entraînée dans les meilleures écoles, psychanalysée aussi, elle voudrait maintenant vivre de sa passion. Vivre de l'art d'accompagner. Alors elle prend le temps de la rencontre. Le temps de rencontrer ceux qui, ici ou là, la remarquent et la découvre. Tous ceux qui aimeraient être accompagnés par elle. Peut-être.
- Et c'est alors qu'ils tombent en amour avec moi, m'annonce-t-elle.
- Et vous-même alors, Amandine ?
Sourire gêné sur ses lèvres de velours. Vague à l'âme dans ses yeux clairs. Sa robe de soie a la couleur de sa peau. C'est une première rencontre aussi. Elle recherche un superviseur.

13
AOU 10

Séances d'été

« La prochaine fois, si c'est possible, j'aimerais être moins proche de vous ? » Elle m'écrit quelques heures à peine après la séance. La première. Je me rappelle son hésitation avant de choisir sa place. Elle semblait chercher celle que je prendrais. Puis elle s'est coincée tout contre le mur. Et je suis resté là, de l'autre côté de la table. Proche et loin à la fois. Miroir intime, sensible. À fleur de mots.

22
JUI 10

Traversée en solitaire

Je lui offre une tasse de café. Ses yeux sont posés sur moi. L'air du matin est tendre autour de nous. Elle hésite. A-t-elle oublié quelque chose ? Elle ouvre son cahier à spirales, relit ses notes à l'encre bleue. Puis elle énonce, une à une, comme un devoir, les situations qu'elle apporte aujourd'hui. Silence troublé.

11
JUI 10

Cachée dans les sapins

Elles se battent en se portant des coups bas. Dans les couloirs ou les bureaux. Combat non sanglant, mais cruel et toxique. Juste des regards et des mots.
Elle en parle à chaque séance, enragée et dépitée. Rictus au coin de ses lèvres. Grimace qui chahute son visage. Elle voudrait comprendre ce qui l'agite ainsi.
La première fois, j'ai suggéré que cette femme, sa collaboratrice, était peut-être une ombre, un reflet de ce qu'elle rejette au fond d'elle. Part intime, méconnue ou cachée ?

23
MAI 10

Un objet précieux

C'est elle qui maintenant aime m'initier à des jeux inédits. Elle, c'est la femme au ruban dans les cheveux qui, de séance en séance, a perdu le goût des rapports de force.
Son besoin de jouer surgit au moment de clore. Comme si la cloche avait soudain sonné et qu'elle me tirait par la manche dans la cour de récréation. « Je vous invite à choisir un objet personnel, me dit-elle. Un objet vraiment précieux pour vous. »

26
MAR 10

Un étrange pouvoir ?

Supervision en groupe de pairs. Morgane, une jeune coach, veut travailler sur le « pouvoir étrange » que lui donne son intuition : « C'est comme si j'avais la perception intime des maux de mes clients, des blessures de l'âme et de leurs fragilités » déclare-t-elle.
Intrigué et curieux, je l'accompagne pour comprendre ce qui l'effraie et l'attire ici.
La jeune femme évoque alors son histoire de vie. Souvent cabossée, parfois douloureuse. Puis, chacun dans le groupe partage ses résonances devant cet « étrange pouvoir ».
 

26
JAN 10

La douceur des impasses

« Comme vous semblez aimer les impasses ! Toujours coincé dans une voie à une seule issue. Comme dans le ventre maternel !? Je vous superviserais bien sur ce sujet… si vous en aviez la demande. »

Celle qui m'écrit ces lignes n'est pas une sage-femme qui voudrait me sortir de « la matrice ». C'est une coach que j'aime accompagner en supervision.

27
OCT 09

Vulnérable et surdouée

Il était une fois une jeune femme vulnérable et surdouée. Vulnérable car, pour venir au monde et grandir, elle avait choisi des parents qui avaient posé le sceau du secret sur leur histoire ancienne et leurs blessures. Des blessures de l'âme et du cœur, de l'amour et du rejet.
Le secret fermait l'accès à des racines profondes et des sources vivifiantes où se mêlaient le sang noir des esclaves et le sang bleu des nobles.
Elle était surdouée car les blessures de l'amour donnent aux relations une saveur familière que, dès le premier souffle, les enfants savent deviner. Une saveur douce-amère qu'ils apprennent à goûter sans jamais s'empoisonner. L'enfant en grandissant a voulu prendre soin des maux cachés et des paroles informulées. Elle a tenté de soigner ses parents et sa fratrie. Mais en vain car un enfant ne peut jamais vraiment guérir sa famille.
C'est en allant dans le monde que Marie - c'est son prénom - a découvert un antidote aux maux de l'âme. Mais pas tout de suite !

13
AOU 09

Paradis perdu

« J'ai aimé déposer sur ton corps cette huile aux parfums d'orange et d'amande. Tu fermais les yeux sous les caresses. Le soleil aussi te caressait de ses rayons. Tes lèvres frémissaient. »
Il lit de mémoire quelques lignes d'une lettre écrite à cette femme qu'il aime, qu'il aimait. Elle met fin à l'histoire.

Des premières gouttes de pluie frappent les vitres de la fenêtre entrouverte derrière lui. Un peu de fraîcheur nous enveloppe en cette fin de journée d'été.
« J'ai aimé te rencontrer, poursuit-il la voix et les yeux troublés. J'aimais t'écouter me raconter des histoires. J'ai aimé partager ta compagnie dans cette maison loin du bruit du monde. Une maison d'écrivain aux lisières de la forêt. »
La pluie joue comme une musique autour de ses mots et de sa voix. Il est tombé en amour de celle qui avait « la douceur et le charme d'une fée ». De celle qui est devenue « son amie, son amante, son âme sœur ».

07
JUI 09

Traverser l'impasse

« C'est étrange, j'ai envie de prendre soin de vous ! »
Mes mots la font sursauter. La phrase me surprend aussi. Je ne sais pas encore ce qui suscite cet élan. Elle remplit son verre de l'eau fraîche que j'ai apportée. Elle a des tâches de rousseur sur le nez et les joues. Sa frange bien droite souligne ses longs sourcils bruns et ses yeux verts. J'aimerais savoir peindre.
Elle semble attendre une suite à mes mots. Je questionne :
- Ça vous fait quoi quand je vous dis ça ?
- Je me dis que vous avez pris mon symptôme ! Elle sourit et ajoute : Je prends conscience que je plonge dans la plainte aujourd'hui.
- Et je me croyais allergique à ça !
 
30
JUN 09

Indépendant

« Je veux m'installer en indépendant. J'ai tout préparé pour quitter l'entreprise et créer mon cabinet. Mais je n'arrive pas à franchir le pas ! »
Il pose des mots sur son histoire : il est DRH et a déjà passé six ans dans cette entreprise. Aujourd'hui il s'y ennuie. Il est aussi l'auteur d'ouvrages sur les ressources humaines.
Il est là depuis quelques minutes. C'est la première séance. Il me dit qu'il a fréquenté le divan pendant plusieurs années. Quelque chose d'enveloppant et doux s'installe entre lui et moi. Et si je retenais un instant le fil qui se tisse et nous enveloppe doucement ? Suspendre ce fil pour le mettre en relief. Je lui demande : « Qu'attendez-vous de moi ? »
 
23
JUN 09

L'amie idéale

J'ai rencontré cette amie idéale pendant quelques instants. Âme sœur et confidente bienveillante d'un moment. C'était lors d'une séance avec ma psy !
Elle avait envie de découvrir avec moi une relation que je semble chercher en vain. Une relation où la femme ne serait ni l'archétype de la « bonne mère », ni l'épouse. Ni la thérapeute qui guérit des maux de l'âme, ni la muse qui m'inspire.
Et elle a pour cela choisi le jeu. Elle a d'abord beaucoup tâtonné. Elle est entré dans la peau de différentes figures féminines qu'elle sait importantes pour moi. Je devais lui donner la réplique, mais les mots sonnaient faux.
 
29
MAR 09

A la folie? Pas du tout ?

Il parait que, sur le chemin de la vie, la dynamique de la femme est d'aller de l'intériorité vers le monde. Et que les hommes vivent plutôt l'expérience inverse : ils cheminent du "grand monde" vers l'intime, vers l'essence de l'être.
C'est ce mouvement que j'aime expérimenter à travers l'écriture.
Après Dans l'intimité du coaching, quelques lignes plus intimistes.