22
JAN 17

Conduite de groupes

Accompagner des groupes ou des équipes, c'est se faire prendre au jeu des passions dominantes, plonger d'emblée dans des dynamiques vivantes et mortifères, et y ajouter notre histoire intime, mine de rien.
Difficile alors de faire ça tout seul et avec les outils appris à l'école ou à la mode (genre coaching d'équipe ou co-développement
).

Alors Eva et moi nous aimons créer un cycle apprenant pour ceux qui ont vraiment le goût et l'expérience des collectifs – coachs et superviseurs, thérapeutes et analystes, formateurs et consultants, managers de managers – et qui veulent accompagner les dynamiques créatrices au fil de toutes les pulsions et des fantasmes qui s'en donnent à cœur joie sur la scène de l'inconscient.

4 modules de 2 jours avec une inter-session de 15 jours entre chaque journée. C'est à partir du printemps et jusqu'à l'automne. Et c'est à la campagne et en mode compagnonnage.

20
JAN 17

Babylone

« Le monde n'est pas bien rangé, c'est un foutoir.
Je n'essaie pas de le mettre en ordre
. »
Garry Winogrand

Ces mots-là c'est sur l'une des premières pages de BABYLONE, le nouveau roman de Yasmina Reza. Et quand j'ai commencé ce livre-là je ne savais pas trop où ça allait – oui, c'est aussi un peu comme un foutoir au fil des pages. Mais je me suis laissé faire et j'ai beaucoup aimé alors (peut-être parce que j'ai souvent voulu ranger le foutoir du monde, enfin mon foutoir personnel. Mais maintenant je vois bien que c'est pas possible.)

La trame est celle d'un polar autour d'une fête d'anniversaire, au printemps, et puis un drame chez les voisins du dessus (je n'en dis pas plus, là, pour ne pas divulgacher l'intrigue). Et la narratrice en profite alors pour parler de l'amour et de la mort, du couple et de nos exils intimes, de la fulgurance du temps humain, un peu comme les flocons de neige dont on ne sait « si ça va tenir ».

C'est noir mais lumineux, désenchanté mais délicieux.
Et la photo sur la couverture du roman, c'est aussi de Garry Winogrand, un photographe de la ville qui aime se plonger aussi dans le cours des affaires humaines.

Quelques extraits choisis, sans vraiment d'ordre alors.

04
JAN 17

Sur le fil de la vie quotidienne

Je ne sais plus trop comment ni pourquoi j'en arrive à lui raconter ça mais là je suis en train de lui dire que le matin, sous la douche, j'aime bien prendre le temps de me savonner le dessous et puis le bout de mes pieds, et bien sûr alors ça m'oblige à me contorsionner et me tenir en équilibre – sur un pied et puis sur l'autre –, mais j'aime ça parce que sinon c'est comme si je ne m'étais pas lavé. Enfin seulement à moitié.

– Mais tu sais, elle me dit, quand tu fais ça c'est comme si tu étais encore un bébé parce que c'est plutôt avec les bébés que l'on fait ça, et alors c'est comme la marque de l'infantile encore en toi !

02
JAN 17

Atelier détox

Chaque année c'est plus ou moins la même chose : Noël en famille et retour en enfance alors ; et le jour de l'an sur le dancefloor, avec des amis, ou bien de l'autre côté du monde, au soleil Ou au contraire retraite spirituelle ou plusieurs jours de jeun… Et puis, au retour, plein de bonnes résolutions et puis les vœux de bonheur, de santé, etc, pour tous ceux qu'on aime ou pas vraiment.

Mais malgré tout ça, les choses ne changent pas trop au fond. Oui, ça semble tourner en rond toujours, ça patauge autant que chaque année.  

Et si, pour une fois alors, vous preniez un instant pour regarder ça, déplier ce qui vous agite ou vous retient ?