30
SEP 16

Accompagner en groupe

Ça faisait déjà un bon moment qu'Eva et moi on avait envie d'attraper quelquesl pixels et décibels sur notre manière d'accompagner. Oui, attraper un instant le fil du chaos, du désir, des doutes, de la confusion, du mystère et de la surprise… parce qu'accompagner c'est aimer se laisser chatouiller par tout ça à la fois. Et quand c'est en groupe, c'est plein pot. Et les techniques de coach n'y peuvent pas grand chose ici.

Alors voilà ! L'autre jour à la campagne, c'était le début de l'été et il y avait un nouvel atelier De fil en fil. Véronique, Marie-Caroline, Vincent et Emmanuelle – coach ou manager, consultant ou formatrice , voulaient y voir clair dans tout ça. On avait aussi invité Alexandra, une gentille "barbare", rencontrée dans une chapelle et qui, caméra au poing, nous accompagne ici ou .

Voici quelques instants de cette journée-là, quelques minutes saisies, décousues ou tricotées ensemble autour de Marie-Caroline qui a questionné autour d'elle, comme pour enquêter sur ses coulisses et sa tribu d'origine, sur ce qui se cache derrière les gestes et les intentions des artisans du soin ou du lien.

25
SEP 16

Aussi tabou que l'amour

"Les belles vitres font les belles lumières." Il m'avait écrit ça sur une carte de sa galerie d'art. Les lumières c'était celles d'un matin d'automne, avec le soleil dans les arbres et Notre-Dame juste en face. Il avait signé Frère Gilles parce qu'il était dominicain. Il n'avait aucun autre signe extérieur de son alliance avec Dieu et je l'ai imaginé un instant au beau milieu d'un monastère, en chasuble ou en robe de bure, avec ceinture de chanvre et sandales. Et peut-être avec quelques autres de sa confrérie. 

Moi, je venais de laver l'immense baie vitrée et les portes de verre de la galerie. Dedans-dehors, enfin dehors et puis dedans. 
Ce job d'un instant ça venait d'une agence chic à deux pas du Trocadéro qui proposait aux étudiants des missions genre coursier, homme de ménage ou chauffeur de maître pour des gens chics aussi. Ces gens-là me demandaient à nouveau et me recommandaient entre eux, alors je passais pas mal de temps comme ça, entre les cours en amphi et les TD à la fac, avec le sceau, la raclette ou l'aspirateur à la main.

Il y avait aussi le samedi soir, dans des châteaux de famille, pour les cousinades ou les mariages de jeunes filles avec chevalière et robe en organza de soie. Et moi j'étais dans les coulisses avec le champagne et les petits fours salés et puis sucrés.

14
SEP 16

C'est pas étanche

Avec mon projet d'autofiction, "Fais le beau, Attaque !", je croyais que je n'aurais plus besoin d'écrire sur le divan, enfin sur les séances avec ma psy (d'ailleurs, je ne sais toujours pas pourquoi j'ai ce besoin-là). Et l'autre soir, comme c'était la rentrée, forcément je l'ai revue et alors c'est comme si je faisais une rechute, là.

C'est dommage parce que je voulais continuer avec mes histoires plus actuelles, genre Ambiance manivelle à la Biocoop. Oui, ce matin-là de l'été quand j'ai fait un détour par le magasin bio, en Simca avec Eva, et que je suis tombé sur le camionneur fou.

Pourtant, écrire comme ça c'était une manière de commencer à laisser derrière moi mes années d'enfance avec toutes les histoires de dressage. Mais, il y a toujours des histoires de chien dans ma vie et puis l'inconscient qui pulse à tire larigot. Je ne suis pas maître en ma demeure.