22
DéC 11

Les malfêteurs et le Père Noël

Du grenier à la cave, dans la cuisine, dans le jardin, talkie-walkies qui crépitent, lampes-torche qui taguent la nuit noire, relevés d'empreinte par çi et par là, des policiers partout dans la maison, comme dans les séries TV.
Entre chien et loup, ma tanière a été cambriolée.

17
DéC 11

Trois pas de danse

À peine entré, désinvolte comme jamais, il glisse, glisse, là devant moi, sur le parquet. Et il s'élance. Un, deux, trois pas de danse.
Mais ça s'étouffe et ça s'arrête comme c'est venu. Et puis il se pose, désemparé, dans le fauteuil. Nos regards se croisent.
- C'est ce même élan inattendu, me dit-il, qui surgit parfois là-bas, côté boulot. Et côté cœur aussi. Et le même retrait hélas !
- Et du plus loin qu'il vous souvienne, c'était quand l'instant où l'élan de la vie s'est suspendu peut-être ?

10
DéC 11

Le moine

Il y a dans mon roman familial des épisodes incroyables où les contraires se mêlent et se tourneboulent : le sang bleu et le sang noir, le noble et le modeste, le maître et l'esclave Et l'un des premiers chapitres de cette histoire s'écrit dans un dilemme douloureux et secret qui opposa le sacré et le charnel, les Ordres et le désordre
C'est pourquoi j'aime tout à la fois les diableries et les lieux divins. Et je suis aux anges quand le théâtre ou le cinéma me raconte des histoires d'ailleurs et de jadis où le bien et le mal se débattent, où l'âme et la chair ne font pas bon ménage.

 

05
DéC 11

Les escrocs du coeur

Plus intimiste, moins angélique, inspirée par l'énergie des monstres et des démons, c'est la nouvelle saison des instants vidéo avec Stéphane Einhorn.
Une saison #4 qui s'ouvre sur le besoin de séduire à l'envi et à l'entour : le coach, un
arnacœur professionnel ?

 

28
NOV 11

A la renverse

« Dès son origine, l'anagramme fut un moyen d'interroger les noms mais aussi les préceptes des livres sacrés. La kabbale en fit grand usage, prêtant à cet art des vertus révélatrices. Le monde pouvait accoucher d'un démon. Aux XVIe et XVIIe siècles, ce jeu savant s'immisça dans les cours d'Europe. Entre gens lettrés et courtois, il était de bon ton de trouver dans un nom propre une flatterie délicate ou une maligne satire.
Thomas Billon, gentilhomme provençal, fut un fameux anagrammatiste. Il eut de Louis XIII une pension de douze cent livres pour amuser la Cour. Sa glore dura sans échec jusqu'à ce que le poète Colletet y vînt porter atteinte par une moquerie, tenant "que tous ces renverseurs de noms ont la cervelle renversée". Hélas la sienne était bien trop d'aplomb ; l'histoire l'oublia.
Galilée, quant à lui, communiquait sous forme d'anagrammes certaines de ses découvertes ; c'était là un moyen de s'assurer la priorité de ses observations tout en les entourant de mystère. Enfin, la coutume s'établit, pour les écrivains et les artistes, de signer leurs œuvres par l'anagramme de leur nom.

Alors, l'anagramme ? Art divinatoire ? Art du compliment ? de la satire ? du secret ? En tout cas, une fiole de folie, c'est certain. »

C'est la préface d'un petit livre délicieux, écrit par un physicien et un jazzman, découvert ce week end chez la marchande : Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde, Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow.

Comme un voyage à travers les sciences, l'histoire et les arts…

 

24
NOV 11

On était ami

J'ai reçu il y a quelques semaines un courrier de Mathilde, une femme qui a été accompagnée en coaching professionnel. Et, en même temps, et en coulisses, s'est tissé avec son coach un lien d'attachement singulier. Le coaching fini, le contact s'est coupé, elle partage alors dans ses lignes sa souffrance et "l'impression d'abandon". Pour tenter de comprendre, elle m'interroge sur le cadre et les pratiques du peuple coach.
J'ai évoqué les jeux transférentiels qui se jouent de part et d'autre et qui, pour moi, sont aussi la matière du
"coaching professionnel".

Je publie ici, avec son accord, la lettre de Mathilde. J'ai changé le prénom et des éléments de contexte.
Et vous, qu'auriez-vous envie de répondre ?
 

22
NOV 11

Berger ou saltimbanque

Après bientôt trois années de travail en bord de ciel et d'abysse, elle est repue de nos séances et de moi. Elle en a marre aussi de tous ces coachs, de tous ces psys, qui supervisent et qui crânent dans les écoles et les fédés, dans les "grands livres" et sur le web.
Alors, plutôt que gémir et maudire, ici et à l'entour, encore et à jamais, j'aime l'inviter à danser avec son désir :
- Et si demain, pour vous accompagner, cet autre n'était ni coach ni psy ?

19
NOV 11

La musique de l'âme

Belle et glamour, sage comme un ange, elle se laisse bercer comme un bébé dans le ventre du métro. Et au fond d'elle, et dans ses mains, le vice versa : "Cuisine sanglante". Noir extrême et couteau de boucher sur la première de couverture de son livre du moment.

*

« Ma vie est un échec » lâche-t-il soudain. Et moi, ce matin, je n'ai pas envie de mélancolie. « Ça prendra cinq minutes » ajoute-t-il, comme s'il avait entendu mes pensées secrètes. Et puis il plonge, longtemps, longtemps, dans les coulisses et les abysses de sa vie. Sa vie d'avant et d'aujourd'hui.

*
 

06
NOV 11

Plaisir de créer

Le blog fait peau neuve. Toujours aux couleurs du jardin, parce que c'est l'école du vivant la plus féconde : pour regarder pousser les herbes sauvages, s'allonger dans la mousse veloutée, écouter le murmure des étoiles, faire des cabrioles dans la rosée…

Et, de la blogosphère au mammifère, de nouvelles créations en cette saison rousse…

05
NOV 11

La saveur du fragile

Il y a un an, à cet instant du jour, un ange ami me tirait par la manche du côté de la vie.
Et, depuis, les instants d'âme qui s'écoulent dans mon sablier ont de plus en plus souvent la saveur du fragile et du tendre.

 

29
OCT 11

Combat non violent

Quand dans son codir, du financier ou du DRH, une question fuse vers elle, inattendue, percutante, alors elle retombe en enfance, démunie. Parfois elle agresse, elle attaque, mais finalement elle se fait mal au fond d'elle, dans l'instant et après.
« Alors ?! » me demande-t-elle, une fois déchiffrés les tatouages secrets sur sa peau, une fois retrouvée la mémoire des blessures refoulées.
« Et alors !! » insiste-t-elle, impatiente.

25
OCT 11

Instants d'âme

Papier de soie plié sur le vélin de velours, ruban d'or entre les doigts de la marchande de livres, j'ai aimé m'offrir cet autre livre de Christian Bobin : Un assassin blanc comme neige.

C'est un livre sans histoires. Juste des instants d'âme, lumineux et éphémères. Des minutes vagabondes.
Un merle qui file entre le rosier de bois noir ; la pluie qui joue au clavecin ; une femme d'affaires qui se défait enfin du chic et du lisse ; un lièvre soûlé par le parfum de la menthe au paradis
"L'ivresse de goûter à une vie dont chaque instant est sans modèle."

Tour à tour, avec ravissement et mélancolie, Dieu, la mort assassine, Bach, Matisse, les saints se faufilent entre les lignes. Mais celui qui dialogue avec les anges nous prévient : "Je parle si souvent de Dieu qu'on va finir par croire que je le connais."

 

23
OCT 11

Plein d'herbes folles

Le blog de l'Art-de-Changer fera bientôt peau neuve, avec un jardin plein d'herbes rares et sauvages, de mousse et d'humus, grand ouvert aux tabous et aux démons du peuple coach, aux artisans de l'accompagnement sans habit d'ange ni robe de bure.

En attendant, et parce que c'est vraiment un délice de voyager avec un psy, entre névroses et psychoses, sur les questions de vie, d'amour et de mort, il reste une place à l'atelier avancé et décalé : Quand pathos s'invite en coaching.
Une journée co-animée par Roland Brunner et Eva Matesanz :
vendredi 4 novembre, à un vol de colombe des gargouilles et des chimères de Notre-Dame.