18
JAN 18

Les outils du coach : histoires intimes et jeux de transfert

Outils de test ou de profiling, PNL ou AT, Analyse Systémique, Hypnose, Thérapie brève, clean language Les théories que nous chérissons, nos outils préférés, prennent leur source dans notre histoire personnelle et se mélangent avec elle.
Et c'est notre énigme intime que nous cherchons à résoudre ainsi.

C'était vendredi soir à Paris 2, quatrième séance de supervision de groupe pour le master Coaching. Et j'ai choisi de continuer de regarder le dessous des choses. Sur le fil de l'inconscient encore et sur un mode plus appliqué aussi.

17
JAN 18

Un homme ou une femme ?

L'autre matin, à l'entrée de la forêt domaniale de Soucy et Voisines, là où je prends le sentier sauvage pour aller courir, il y avait sur la terre deux gros morceaux de viande. Ils étaient bien découpés, en carré, comme sur l'étale du boucher. Je m'attendais à voir plein de sang autour – je ne sais pas trop pourquoi j'ai eu cette pensée-là –, mais ça ne saignait pas du tout. C'était un peu comme des rillons de Touraine mais, là, c'était tout cru mais pas saignant donc. A cause du froid peut-être. Inquiet, j'ai regardé par derrière, à droite, à gauche, et j'ai aperçu sur le talus, un autre morceau de viande beaucoup plus gros avec un os. Pas de sang non plus. C'était comme un jeu de piste. Alors pour en savoir plus, mais de plus en plus inquiet, j'ai grimpé sur le bord du chemin, ça dérapait parce qu'il pleuvait depuis des jours et des nuits, j'ai glissé dans la gadoue, je me suis accroché aux branches et, de l'autre côté du talus, il y avait une carcasse découpée, exactement comme celles que le boucher suspend à des crochets dans sa chambre froide.

14
JAN 18

Érotiser l'entreprise

L'art du lien. Dans l'intimité du coaching. La psychologie du collaboratif. Désirs et tabous en peuple coach... c'était jusqu'alors deux chemins d'écriture bien différents en apparence. Oui, le fil de nos créations singulières, Eva et moi. Et puis cet été, un peu comme on le fait déjà pour les conférences et les ateliers (Mars et Vénus sur le divan. L'inconscient, un ami qui vous veut du bien...), on a aimé relier un instant nos manières d'écrire pour aller ensemble tout à la fois du côté de l'entreprise et de l'inconscient. Parce que l'entreprise est une scène vraiment privilégiée pour dérouler nos pulsions, nos fantasmes et nos névroses. A notre insu souvent ou en pleine créativité parfois :

ÉROTISER L'ENTREPRISE
Pour des rapports professionnels sans complexes

Une analyse à deux voix donc, sur les coulisses du management et de l'accompagnement. Récits de divan, éclairages didactiques et témoignages sur l'ambivalence et la richesse des passions qui nous animent et nous dépassent souvent.

Ça vient de sortir des presses de L'Harmattan et c'est dans la collection "Vivre l'entreprise - Série Management et Ressources Humaines".
 

08
JAN 18

Impasse du désir

Imaginez un instant – le début d'un après-midi, un peu à l'écart du bruit du monde –, un moment où sans vouloir préméditer, ni vous censurer, sans vous raconter d'histoire non plus, ni chercher d'emblée à résoudre quelque chose, un moment donc où vous vous laissez parler d'un désir enfoui ou d'un fantasme caché qui ressurgit parfois ou qui rode ici et là.

C'est peut-être sur la scène du travail, de la famille ou des amours. 

20
DéC 17

Des explosifs dans le sac

Quand je suis entré chez ma psy par la porte, l'autre soir, j'avais mon sac de voyage et je pensais qu'elle le connaissait bien ce sac-là (en cuir souple, plutôt vintage et sans les roulettes à la mode), parce que je viens toujours avec quand je vais de la campagne à Paris et puis retour, mais ce soir-là elle l'a regardé bizarrement, et même de travers, oui, comme si je transportais plein d'explosifs dedans (un peu comme les gens dans les trains quand ils déposent leur valise ici ou là, et qu'ils se regardent par en-dessous parce qu'ils ont peur les uns des autres et qu'il faut être « Attentifs Ensemble »), même si maintenant je sais bien que je projette toute une part de mon monde intérieur sur ma psy alors que bien sûr elle ne peut pas savoir ce qu'il y a dans mon sac et qu'elle doit penser à mille autres choses ou même à rien quand j'arrive.

11
DéC 17

La voie royale vers l'inconscient

Rêve. « Elle se rappelle qu’elle a deux hannetons dans une boîte ; elle veut les mettre en liberté, parce que sinon ils vont étouffer. Elle ouvre la boîte, les hannetons sont tout épuisés ; l’un d’eux s’envole par la fenêtre ouverte, l’autre est écrasé par le battant de la fenêtre, au moment où elle la ferme, comme quelqu’un le lui demandait (manifestations de dégoût). »

C'était vendredi soir, supervision de groupe pour le master coaching, troisième séance que j'ai consacrée au travail du rêve et à l'analyse des rêves. 

Et « le rêve des hannetons » est celui d'une analysante que Freud choisit dans son ouvrage L'interprétation du rêve pour illustrer l'un des mécanismes de formation du rêve : la "condensation" qui permet de dissimuler le désir inconscient. Et donc cette femme, de fil en aiguille, enfin d'une association à l'autre, se souvient que la veille au soir elle a laissé une mite se noyer dans son verre d'eau… et que sa fille, dans son jeune âge, lui avait demandé de l'arsenic pour tuer des papillons dont elle faisait collection… et que des pilules d'arsenic peuvent aussi rendre à un homme la vigueur de sa jeunesse… et qu'elle est angoissée au sujet de son mari parti en voyage mais qu'elle a eu une curieuse idée, oui, que son mari se pende… 

Et si vous voulez savoir pourquoi, c'est à la fin de ce billet, un extrait de L'interprétation du rêve.

28
NOV 17

Aimer fréquenter son inconscient

Il accompagnait cette femme-là depuis un moment déjà et puis, un beau matin, juste avant la séance elle a trébuché dans l'escalier. « Rien de grave, mais ça aurait pu être beaucoup plus grave. », elle lui a écrit par texto. Et alors elle n'est pas venue. La séance d'après, elle a eu une rage de dents, toute la nuit. Et donc elle n'est pas venue non plus. « Je reviendrai dès que les choses rentreront dans l'ordre. » elle lui a écrit. Oui, les gens font ça des fois, ils imaginent que les choses vont rentrer dans l'ordre et donc ils attendent. 

23
NOV 17

Psychosexuel

Vendredi dernier, il y avait une nouvelle journée de cours à la fac pour le D.U Psychanalyse freudienne à Paris 7. Et dès qu'elle est arrivée, la prof est montée sur le bureau (c'est une prof différente à chaque fois), elle s'est assise dessus, au beau milieu du milieu, je crois qu'elle a enlevé ses chaussures (je ne voyais pas très bien parce que je m'étais installé tout au fond, près de la fenêtre, pour éviter de faire mon malin comme la première fois, enfin comme quand j'étais au lycée) et puis, tant bien que mal, elle a pris la position du lotus en nous disant : "J'espère que je ne vais accoucher ici, aujourd'hui !"

16
NOV 17

Méprises et maladresses. Et jeux de transfert

Un mauvais coup de visseuse-dévisseuse sur le doigt quand je répare la pompe à eau dans la mare. Une marche arrière dans un chemin creux de la forêt qui met en accordéon le pot d'échappement de ma vieille Simca. Une bouteille d'eau qui se vide dans ma musette, avec mon mobile au fond… 

Oui, je fais pas mal de bourdes et de bévues en ce moment, avec pleins de conséquences quand même. Et comme j'aime bien lire Freud, toujours, j'ai eu envie de faire ça aussi à Paris 2 : ouvrir la deuxième séance sur le thème "Méprises et maladresses". C'est le chapitre 8 de "Psychopathologie de la vie quotidienne" et c'était vendredi soir pour le master Coaching. Non pas pour faire un truc à la mode, genre "lâcher prise" ou "apprendre de ses erreurs", mais pour continuer sur le fil de l'inconscient, comme un apéritif. Parce que si l'on prend le temps d'y regarder de plus près, dans nos faux-pas du quotidien, dans nos gestes mal placés, il y a toujours un mobile au fond.

Et puis j'ai continué sur les questions de transfert. Oui, parce que la supervision, quoiqu'on en dise, c'est l'analyse du transfert. 

Si vous aimez, j'ai mis à la fin de cette note un court extrait du chapitre "Méprises et maladresses" : une confusion d'un instant, de Freud, entre marteau à réflexes et diapason. Comme une énigme à résoudre alors.

06
NOV 17

Notre vie dans les forêts

C'était le début de la nuit. Les choses prennent toujours d'autres proportions la nuit. Je roulais vers la campagne et, sur les ondes, il y avait Serge Tisseron qui recevait Marie Darrieussecq pour son nouveau roman. Ça m'a tout de suite accroché. L'émission, l'ambiance, le titre, "Matières à penser" (le vendredi soir c'est sur "les hommes et les machines"), le thème du roman. L'auteure racontait qu'il y a quelques années, elle avait été psychothérapeute et qu'elle était intervenue après les attentats du Bataclan mais qu'elle préférait écrire à présent. Oui, parce que sans ça elle serait sans doute dans une maison de repos aujourd'hui. L'héroïne de son roman, Viviane, est aussi thérapeute. Et elle écrit. À la première personne. Au fond d'une forêt.

29
OCT 17

Ça n'a pas de rapport

Jusqu'alors j'étais vraiment incapable de lire des écrits de Freud. Ça me rebutait.

Mais c'était bizarre parce que j'aime beaucoup, beaucoup, écouter des psys le citer et commenter ses textes. Des psychanalystes comme Paul-Laurent Assoun, J.-B. Pontalis, André Green et bien d'autres. Avec alors le plaisir de leur voix quand ils reprennent et développent sa pensée. Et puis, en retournant à la fac, j'ai bien vu qu'il me faudrait quand même en passer par là, par lire ses ouvrages de référence je veux dire. Parce qu'à la fin du D.U. il y a un examen de deux heures sur toute la psychanalyse freudienne. Mais, depuis, c'est pire, je ne comprends rien. Je fais un blocage.

Alors, un soir, j'ai évoqué ça sur le divan. Sans me faire trop d'illusion parce que je sais bien que ce n'est pas résolutoire la psychanalyse. Enfin pas directement. 

19
OCT 17

Du barbelé dans le verger

Une femme me plante un couteau dans le bras gauche. Ça le transperce mais ça ne me fait pas du tout mal. Et ça ne saigne pas. Je me réveille en sursaut. Je crois bien que la femme m'a fait ça parce que j'ai voulu la pousser à bout. Comme s'il fallait une raison à tout ça.
– Pourquoi le bras gauche ?
D'habitude ma psy me laisse patauger juste après le récit de mon rêve – un peu comme on fait au réveil d'ailleurs –, mais aujourd'hui, à peine ai-je fini et elle me questionne. C'est vrai que j'ai précisé que c'était mon bras gauche, là, mais je ne vois pas du tout pourquoi. Pas encore. Et puis, ce qui semble s'imposer dans un rêve c'est souvent pour détourner l'attention et cacher tout autre chose alors. Comme le ferait un couple de magiciens quand la femme montre une colombe dans une cage, en remuant plus ou moins ses fesses d'ailleurs, et pendant ce temps-là le type prépare son coup.
– Vous n'êtes pas gaucher pourtant ?
Ma psy insiste. Non, bien sûr ! Mais comment elle peut savoir ça, je n'ai jamais écrit sur le divan, enfin pas devant elle. Moi je me dis que la femme qui me plante le couteau c'est peut-être moi-même puisque j'ai bien compris maintenant que je suis aussi l'instigateur de mes rêves. Oui, ce serait plus pratique de me faire ça avec ma main droite. Mais je n'ai pas d'envie de suicide, enfin pas consciemment.
Derrière moi, ma psy semble s'entêter, elle dit que ça lui évoque le cœur parce que le cœur est à gauche. 

15
OCT 17

Mélange des genres

– Tu sais, j'ai un fantasme avec toi.

Là, tu t'apprêtais à faire tomber ton peignoir sur le chemin vers la baignoire, mais quand je te dis ça, forcément, tu t'arrêtes net. Et tu me regardes intriguée. Et un peu inquiète quand même.
Bien sûr, tu ne sais encore rien de ce fantasme-là mais ça fait plusieurs jours que je pense à ça et j'aime choisir ce moment, pile poil quand je te croise, avec dans mes mains les trois ou quatre tee-shirts de l'été que j'allais ranger au fond du placard parce que l'automne arrive. Et c'est fou, ni toi ni moi n'avons prémédité cet instant-là, enfin pas consciemment, mais tout est là soudain pour que les choses se fassent.

– Et c'est quoi ton fantasme ? tu me demandes.