22
OCT 21

ECOSYSTEMIX

Écrire c'est tout un monde, une forme vivante et créatrice de notre espèce « fabulatrice ». Oui, pour nous raconter des histoires, nous penser, nous remettre en jeu...
Et si, à deux c'est encore mieux, alors imaginez quand c'est à trois, quatre et davantage ! Plus déroutant encore, confrontant, imprévisible, rhapsodique aussi...

12
SEP 21

Un pull pour l'hiver

Sortie métro Cambronne. La jeune femme était juste devant moi avec, dans son sac, deux longues aiguilles à tricoter plantées dans son ouvrage du moment. Un pull mohair pour l'hiver visiblement. J'ai un peu flippé quand même. Oui, à cause des deux pointes vers le haut. Elle aurait pu les protéger d'un bouchon de liège. Et je l'ai imaginée un instant plus ou moins meurtrière. Mais c'était projectif bien sûr. On a tous cette envie-là inavouable de piquer la chair. Enfin, plus ou moins sans doute.
 
Il faut dire aussi que, là, j'allais sur le divan. Et dans ces moments-là, il y a pas mal de choses qui tout d'un coup s'agitent. Oui, je m'accroche à des trucs au-dehors qui en disent long sur ce qui sourde au-dedans.
 
25
AOU 21

Suggestions de rotation

Google Photos synchronise, sauvegarde, je ne sais où dans un coin du cloud comme on dit maintenant, les photos de mon mobile et puis après ça il les examine, il les décortique. Sauf que des fois, il ne comprend pas trop le sens des choses. Oui, il y a pas mal de situations ou d'objets que j'ai voulu attraper à partir d'un angle particulier.

Et aussi des clichés de toi, dans des positions plutôt inhabituelles pour le commun. Ou tout simplement un greffier qui fait la sieste au soleil, les pattes en l'air. Le lapin blanc fait ça aussi, plus ou moins.

19
AOU 21

RESET ?!

Par les temps qui courent, c'est vraiment peu de le dire, le monde et toute la vie qui va avec – la vie en soi, la vie intime – sont mis à mal et sens dessus dessous. Bien chaotiques toujours. Et tout ça, sans forcément de perspectives d'un monde « meilleur ».

Alors, nous faut-il développer de nouvelles affinités avec le chaos et l'indécidable ? Trouver des sortes de refuge ou des échappatoires ? Ou bien faire une sorte de « reset » au fond ?

12
AVR 21

Une folle envie de chocolat

Peinture, papier de verre, tiges filetées, etc, je venais de faire pas mal d'emplettes chez Bricoman. C'est pour un volet en bois qui a fini par s'effondrer et  ça n'a pas trop de rapport – mais j'ai eu soudain une envie folle de chocolat noir.
Oui, c'est fou parce que je n'arrive pas à comprendre ma fixation sur cette substance-là et ce côté irrépressible. Comme une addiction depuis quelques temps. Trois ou quatre carrés après chaque repas. Un naturopathe m'a proposé d'essayer le chocolat pur. C'est sans sucre, m'a-t-il dit, et on en trouve dans les magasins bio ou vegan.

05
MAR 21

Il n'y avait pourtant pas d'odeurs

« À un moment donné, j'ai rejoint une équipe sans histoire. Je veux dire qu'on n'avait pas de liens entre nous, on ne se connaissait pas d'avant. C'était en plein confinement, on avait juste Zoom pour travailler ensemble. Et donc, il y avait une femme avec une voix très rauque. J'ai aussitôt pensé à une fumeuse. De longue date sans doute. Même si, bien sûr, il n'y avait pas les odeurs à distance. » 

C'était l'autre jour, dans « Les dossiers de l'écran », un atelier intimiste et en libre parole pour déplier les histoires qu'on se raconte dans le travail sans contact, à distance. Je ne sais pas ce que ça renvoyait cet univers du fumeur pour celle qui parlait ici. Ce n'était pas utile de savoir, c'était déjà beaucoup de mettre au jour ce genre de projections. Et puis elle a continué.

12
FéV 21

Les dessous du télétravail

Notre corps est le lieu de plein d'excitations permanentes qui viennent tout à la fois de nous-mêmes – oui, de nos besoins corporels, de nos fantasmes, de nos désirs et de nos frustrations intimes – et aussi des sollicitations extérieures. C'est notre énergie vitale qui s'exprime ici, et notre libido aussi mine de rien.
Et chacun de nous a sa manière singulière de réguler tout ça. En continu ou bien par à-coups : retenir, différer, décharger, « sublimer » ...
Et les télé-réunions ont un effet très particulier sur tout notre corps pulsionnel.
Parce que la présence des autres, en chair et en os, contribue tout à la fois à nous exciter et à nous calmer. Ça dépend de chacun, de notre relation aux autres et de notre histoire intime là aussi. Le télétravail a donc un impact sur nous, dans un sens et dans l'autre (charge/décharge). Et ça bouleverse nos équilibres installés par ailleurs. Ça les met en relief aussi...

01
FéV 21

Télétravail & nourritures psycho-affectives

Je ne sais pas pour vous, mais par les temps qui courent et avec tout le travail « sans contact », de plus en plus, c'est essentiel de retrouver le temps du lien. Oui, des liens choisis, intimes, créatifs...

Ce sera le thème d'un atelier singulier que j'animerai pour La Fabrique RH ce vendredi, 5 février, à 11h00 :

Les dossiers de l'écran :
les nourritures psycho-affectives du télé-réunioneur
.

Un atelier organisé par l'ETAP, le 1er espace de coworking dédié aux agents de la fonction publique, et ouvert à tous ici.

 

02
NOV 20

Préférer vivre à la ville ?

C'était un jour de l'été, j'avais loué chez InVivo Jardins & Loisirs une broyeuse ou un broyeur – je ne savais pas encore si c'était masculin ou féminin – bref, une machine à broyer les déchets verts. Oui, parce qu'au fil des années tous les branchages, les herbes et le compost commençaient à faire comme une colline au fond du jardin. En plus, avec le coup d'arrêt imposé à toute l'espèce humaine par le virus, le printemps avait été vraiment glorieux. Et donc de grosses branches de pruniers et de pommiers, lourdes de leurs fruits juteux, avaient ployé au fil de l'été et fini par casser. J'avais tronçonné le plus gros et ajouté à la colline les feuilles, les branchages et aussi les fruits piqués par les guêpes et plus ou moins macérés. Ça faisait de la confiture au soleil.
Il y avait aussi là-dedans des morceaux du vieux noyer qu'une tempête avait fracassé en son milieu il y deux ans.

24
AOU 20

Entre-deux

Il y a quelques semaines c'était plein de tournesols dans les champs tout autour d'ici et maintenant c'est déjà du blé.

Il n'y a pas d'entre-eux, ça reste intensif et c'est un peu comme les gens souvent. Oui, ils passent du monde d'avant à celui d'après comme on dit, mais sans trop savoir ce qu'ils veulent au fond.

Alors ils répètent plus ou moins une histoire sans fin et tout ça derrière les masques et les apparences du changement.

 

25
MAI 20

Atelier re-créatif à la campagne

Toutes ces journées, toutes ces semaines confinées, ça nous a bien chamboulé mine de rien. Oui, ça a bouleversé et mis à mal nos manières de penser, de faire et d'être. Dans notre métier et dans la vie de tous les jours. Quoiqu'on en dise.

Et ça a empêché et frustré bien des élans. Mais esquissé d'autres pistes aussi.
Alors c'est bien de prendre un peu de temps pour poser tout ça, déplier ce qui peut l'être et ainsi tracer d'autres chemins. Pour soi et dans son métier.

16
AVR 20

Une bête féroce

– J'aimerais tellement que mon chien me parle.
C'est la maîtresse de Bandit qui à un moment donné nous lance ça.
Son chien c'est un Jack Russell. Comme dans The Mask. Et je lui ai dit ça juste avant. Oui, j'avais envie de l'embrasser sur la truffe son chien et c'est à ce moment-là, quand j'ai vu de près sa tâche sur la tête, que j'ai pensé à ce film.
– Ne serait-ce qu'une heure, elle ajoute toujours dans son histoire avec son chien visiblement. Tout ça parce le Jack Russell se met à parler dans The Mask. Enfin quand il met le masque.
Toi et moi on est là devant elle. Il y a aussi Snow, ton loulou de Poméranie qui danse en liberté autour de nous. Et on se croise souvent comme ça tous les cinq, au milieu de la balade du soir. Oui, devant le champ des moutons, rue de la Justice. Et alors on se parle un instant de tout et de rien, comme on dit. C'est-à-dire de n'importe quoi. 

11
MAR 20

Un maître cylindre

Ça faisait un moment que j'avais beaucoup de mal à passer les vitesses dans la Simca. De plus en plus. La seconde ça allait encore, mais impossible pour la marche arrière. Et chaque fois que je l'emmène avec moi dans cette voiture-là, Eva me dit que ma manière de la conduire, c'est un peu comme avec elle. C'est curieux ce lien qu'elle fait, mais c'est vrai qu'il faut pas mal de tact.
Ça, c'est quand tout marche bien, mais là ça craquait. C'était stressant, je craignais de casser un engrenage à vouloir passer en force. Ça doit être un problème d'embrayage, je me suis dit, et je pourrais peut-être le régler. Pas forcément pour faire mon malin dans mon coin, mais pour aller jusqu'à Véron chez le garagiste qui la connaît bien.

J'ai imaginé que c'était un câble qui se détendait alors que, plus tard, je découvrirai que non, pas du tout, que c'était tout un « circuit hydrologique » avec un bocal d'huile et des maîtres cylindre.