01
OCT 11

Séances de l'été indien

Dernière séance.
- Ce que j'aimais partager d'intime là, avec vous…
- Oui Emma ?
- Cela, d'une séance à l'autre, vous sembliez prendre soin de l'oublier, de le laisser au passé !
- Oui.
- Je sais bien que c'était votre manière à vous d'être présent à ce qui était présent, à ce qui allait peut-être surgir de nouveau, d'incréé… mais… mais alors c'était comme m'oublier moi !

*


28
SEP 11

Psychopathologie appliquée

Roland Brunner et Eva Matesanz co-animeront un atelier avancé, inédit et dédié aux coachs :

"Quand Pathos s'invite en coaching :
apprendre de la clinique analytique
"


Jeudi 20 octobre et vendredi 4 novembre 2011
 

Et je relaie avec bonheur l'invitation d'Eva pour ces deux journées.

 

25
SEP 11

La vie amoureuse d'une fée

C'est un film perché. Donc délicieux.
Ça se passe au Havre, au bord des docks et sur les toits, entre les galets et les falaises, entre la pluie et le soleil.
Lui, Dom, a un vélo qui déraille. Il est veilleur de nuit dans l'hôtel de la rue des amoureux. Elle, Fiona, est une fée rousse qui débarque là, affamée et pieds nus, un soir de pluie.
Elle et lui ne sont pas comme dans les magazines, ni maquillés ni fringants. Ça aussi, c'est délicieux. Et quand tous les deux dansent, le mambo ou le cha-cha-cha, au fond de la mer ou en rez de ciel, ils nous donnent aussi envie de danser.

Une fable moderne et déjantée, réservée aux magiciennes et aux poètes, aux amoureux et aux perchés.


22
SEP 11

Un art un peu stupide ?

« Le parti de l'art brut c'est celui qui s'oppose à celui du savoir, de ce que l'occident nomme (un peu bruyamment) sa "culture". C'est le parti de la table rase. Ses troupes ne sont porteuses d'aucun uniforme ; elles ne se vêtent pas de toges et d'hermines ni se parent de glorieux titres, elles ne se recrutent pas au sortir des écoles mais dans le rang du commun, elles sont la voix de l'homme du commun qui s'oppose à celle des savants spécialistes. Vagabonds, voyants entêtés soliloques, brandisseurs non de diplômes mais de bâtons et houlettes, ils sont les héros de l'art, les saints de l'art. » Jean Dubuffet pour l'exposition Art Brut à la Galerie Alphonse Chave de 1959.

L'art brut c'est « l'art des fous » et la Halle Saint-Pierre, à quelques pas de l'Atelier, est son musée. Alors j'aime aller me perdre là, parfois, au pied du Sacré-Cœur. En ce moment, une expo très underground, avec des artistes sans toges ni hermines qui nous mettent nez à nez avec nos pulsions, avouables et inavouables : "
Hey ! Modern Art & Pop Culture".


18
SEP 11

Errances de l'instant et de jadis

C'était il y a un an. Un instant vidéo avec Stéphane autour d'une question toute personnelle et qui me tourmentait.
Adunaissant, déboussolé, j'aurais tellement aimé être guidé, accompagné, pour aller dans les jardins du monde,
que je projette parfois à tout va mon manque et mon besoin d'autrefois : sur mes enfants qui quittent le nid et qui, bien heureusement, résistent à mes projets pour eux ; et sur les coachs, sortis de l'école et en chemin vers le monde…
Errances et confusion, histoires mêlées et sac de nœuds, flagrant délit de transfert !

17
SEP 11

Brodé au point de grâce

Nabaltar, le soigneur de fauves, a les arbres ; Zeppo, le clown, les albums de photographies ; et Hésior, le magicien, les histoires de sang.
Et, entre eux, il y a Mira. Une femme de l'air. Faite pour s'envoler.
Au point de croix et de grâce, au fil de soie, Jeanne Benameur brode autour d'eux une histoire d'âme. L'histoire de l'amour et de la mort.
Ça se lit comme on marche en sous-bois, là où la terre est si tendre. Silencieuse. Là où rien ne gêne pour contempler.


13
SEP 11

Journée des monstres ?

Par dessus le grillage, mon voisin médecin me hèle :
- Dites, au fait, c'est quand le jour des monstres ?
- Le 6 octobre à l'atelier, lui dis-je, du tac au tac.
À son regard, je comprends mais un peu tard qu'il parle de la journée des encombrants !

Coacher avec ses démons
et avec Eva Matesanz & André de Châteauvieux

Jeudi 6 octobre 2011

de 10h00 à 17h00

Un atelier qui prend ses sources dans les chemins de traverse :
* Le combat thérapeutique,
Gérard SALEM. Armand Colin. 2ème édition. Mai 2011
* Psychanalyse des passions en entreprise, Roland BRUNNER. Editions Eyrolles. Juillet 2009.

11
SEP 11

Instants de vacance

À fleur d'eau
les larmes du saule

*

La femme aux yeux de biche
cache au fond de son panier
deux trèfles à quatre feuilles
un poisson-chat et des flocons de neige

*

07
SEP 11

Un temps qui ne passe pas

« Les hommes sont des abuseurs », lâche-t-elle quand, au clocher de l'école enfantine et maternelle, sonne le douzième coup de midi. Oui, à ma manière, moi aussi je l'ai abusée ; quand, la séance d'avant, j'ai parlé un instant de trop. Je l'empêchais d'exister alors.

04
SEP 11

Le combat et l'art du soin

J'ai adoré vider ma bibliothèque de tous les manuels techniques et pratiques qui font florès dans notre métier. Mais j'ai aussi aimé oublier un instant romans et poésies pour plonger dans un livre d'exception : Le combat thérapeutique ou L'art de guérir par le conflit.

Gérard Salem, psychiatre et psychothérapeute, bat en brèche ici tout le gentillet, la tolérance et la mansuétude, la bienveillance et l'empathie, qui certes angélisent et glamourisent les pros de la relation d'aide et, en même temps, peuvent "abrutir et anesthésier durablement" les patients trop patients.

 

31
AOU 11

Ca toupille

« Fais attention ! Tu vas encore renverser ton bol ! »
Surprise dans les yeux de l'enfant qui contemplait l'aube du monde, là, dans le jardin entre ses cils.
Alors, tiré de sa rêverie comme chaque matin, il se demande si cette femme-là est magicienne ou sorcière ? Voyante ou simplement à cran ? Mais à cran de quoi ?

29
AOU 11

Charnel et animal

À l'ombre des larmes du saule, à fleur d'eau près du moulin, une coccinelle en pèlerinage zigzague entre les mots de ce livre de l'été. Comme si, à pas comptés, à pas menus, elle m'invitait à retrouver un bonheur d'enfance : lire du bout du doigt.

Et ce livre-là parle de la joie sacrée de tracer les premières courbes,
les premières lettres sur les cahiers de l'enfance. Une joie sacrée et un tourment aussi. Un tourment quand le savoir et l'école menacent le lien entre l'enfant et la mère. Ce lien-là, charnel et animal, vorace et exclusif, n'a besoin ni de lettres ni de mots.

Jeanne BENAMEUR est une artiste dentellière qui brode chaque mot, chaque phrase, sur des pages en vélin.


27
AOU 11

Au bord du néant

« Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face » écrivait La Rochefoucault. Et pourtant avec Melancholia, Lars von Trier nous invite à contempler l'un et l'autre, tour à tour, au cœur de la nuit, à l'aube et à l'orée de cet instant où le monde finira à jamais.