27
AOU 13

L'inconscient, outil inné du coach

« Je me suis souvent senti plus petit parmi mes pairs. Mais au fond ma modestie m'a bien servi ici ! Et j'ai eu une belle progression dans le management… même si ça n'a pas toujours été choisi. »
Il est assis là, tout droit, au fond de son fauteuil ; il dirige une grosse équipe dans un business en développement et il déroule son histoire au coach :
- J'aimerais à présent prendre une Direction Générale sans plus me minorer. J'ai déjà des premières propositions. Mais j'ai peur de prendre le pouvoir. Et c'est là que j'ai besoin de vous… Mais déjà vous me faites un peu peur aussi…
Le coach, en écoute nomade, moitié ici, moitié ailleurs, sans autre outil que l'attention à ses propres pulsions en présence du dirigeant. Et là, c'est un double élan qui l'anime : un désir de protection et, en même temps, de l'agressivité. Alors il aime questionner cette ambivalence :
- Vous m'avez dit tout à l'heure que votre mère était la secrétaire de votre père durant toute sa vie de patron et qu'alors il la malmenait sous vos yeux d'enfant.
- Oui… Et alors !?
- Et vous-même, aujourd'hui, vous devez avoir une secrétaire ?
- Oui ! Mais dans cette relation-là pas de répétition du passé ! Et il s'en étouffe un peu pourtant.
Il reprend sa respiration et poursuit  :
- Et cette femme-là est handicapée… Mais c'est vrai que je dois m'en séparer actuellement !
Et il y a alors sur ses lèvres tout à la fois l'esquisse d'un sourire et une grimace.

Lapsus ou pulsions qui affleurent, passages à l'acte ou évitements… C'est l'inconscient qui s'invite en séance ; et c'est cette matière-là, précieuse, indicible, vivante, qu'il s'agit d'oser nommer, pétrir, patiemment, doucement, avec chaque client.
Ainsi ce dirigeant-là a aimé progresser jusqu'alors en empruntant plutôt un rôle de soumission ; comme sa mère. Et s'il va plus ouvertement aujourd'hui vers son désir, s'il "prend le pouvoir", alors il a peur de devenir comme son père.
Mais au fond il est peut-être déjà l'un et l'autre !

Si vous êtes coachs expérimentés, superviseurs ou thérapeutes, alors Eva et moi on aime vous inviter à un atelier inédit et de rentrée :

L'inconscient, outil inné du coach.

Ce sera le vendredi 20 septembre à l'Atelier des Jardiniers, près de Sens.
Une journée ni clinique ni chamanique, dans un lieu propice au retour à soi, et animée sur le mode singulier de la supervision en groupe de pairs et en duo, pour prendre soin de ce que nos confrères psychanalystes nomment "l'inconscient instrumental".

 

24
AOU 13

Coachs animateurs de réseaux

Créer une résidence pas surveillée pour les coachs, après l'école ou l'université ; ajouter des divans dans leurs cabinets cosy ou en devenir ; développer le coaching de décroissance…
Autant d'élans et de rêves parfois hésitants ou en suspens dans la tête de ceux-là qui animent des communautés singulières : dirigeants d'associations, responsables de réseaux de coachs indépendants ou en entreprise.
Alors Eva et moi on aime bien créer un groupe inédit rien que pour eux.
Réservé aux dirigeants d'influence singulière avec qui, nous aussi, nous aimons déjà cheminer en bord de ciel ou des jardins d'eau.

27
JUN 13

Demain c'est aujourd'hui

On avait posé juste quelques mots, quelques lignes, comme on écrit une carte postale et de vacances à celles et ceux qu'on aime accompagner et qui aimeraient prendre soin du futur de soi.
Quelques lignes pour une invitation à franchir les portes de l'atelier, là-bas, à quelques pas du paradis.
Et quelques jardiniers ont aimé venir. Comme ça et simplement.
Et alors ensemble, près de la mare et au coin du feu, on a transformé un peu de plomb en or.

En partage ici les lignes, écrites à quatre mains et esquisses de ce week-end.
 

26
JUN 13

Songes d'une soirée d'été

C'était la dernière séance. C'était vendredi dernier. L'ulltime supervision en groupe avec les étudiants du master Coaching à Paris II. Et ce soir-là, plutôt que plonger comme j'aimais le faire jusqu'alors dans la clôture et la finitude, dans les adieux et l'angoisse existentielle liée à la fin de toute chose et de soi, des êtres aimés et du monde, j'ai aimé les inviter au voyage.
Oh ! pas un voyage en enfance, comme souvent et jusqu'alors avec eux ; mais simplement un voyage vers demain, en 
ce premier soir de l'été.
Parce que l'homme descend du songe.
Et parce que demain c'est aujourd'hui…
Et ce voyage-là, j'imaginais le commencer une fois leur diplôme en poche. Mais eux, ils se foutaient bien de leur diplôme ce soir-là. Parce qu'ils savent bien maintenant que ce diplôme-là il délivre du besoin de diplôme.
Alors, ils ont aimé voyager autour de passeurs de rêves et de l'instant ; et puis repartir sans rien dans les poches.

 

19
JUN 13

L'école du coach

- Dis, si l'école du coach c'est la supervision ?
- Oui ?!
- Alors pourquoi y'a tant et tant d'écoles de coaching, tant de formations et de diplômes de coaching, et au fond si peu de superviseurs ?


Parce qu'on accompagne comme on est accompagné, un peu ou beaucoup, passionnément ou pas du tout

Et parce que le groupe créé cet automne est complet et aime tellement vivre sa vie singulière, parce qu'à deux c'est encore mieux, Eva & moi on aime créer un nouveau groupe à la carte et en duo.
Une supervision réservée à celles et ceux qui ont très envie, ou bien très peur, d'accompagner à foison après l'école.

 

15
JUN 13

Jeux de manipulation

C'était vendredi 7, septième séance de supervision en groupe pour le master Coaching à Paris II. Et ce soir-là, j'ai choisi un thème que beaucoup n'ont pas trop aimé au fond : la manipulation dans tous ses états ; je te manipule, je me manipule, je me laisse manipuler
Et pour cheminer avec eux sur ce thème-là, j'ai aimé partager une manière singulière d'accompagner : le superviseur supervisé.
Et ça, ils ont beaucoup aimé.
Cette manière-là d'accompagner, inspirée de la thérapie familiale quand la glace sans tain se brise, j'aime la pratiquer, la peaufiner, avec Eva dans nos ateliers et nos conférences en duo : Être accompagné pour accompagner, un peu ou beaucoup, passionnément ou pas du tout…

 

25
MAI 13

Il était une fois, deux fois et plus

Sixième séance de supervision en groupe ; c'était vendredi dernier, en cette école de coachs. Une école qui ainsi invite à ne pas attendre d'accompagner pour être accompagné. Car c'est ça l'enfance de l'art. Pas les diplômes ni les accréditations à foison.
Et ce soir-là, j'ai aimé initier ceux qui étaient venus, à voyager dans le temps. Le temps d'hier et de l'enfance, d'ici et d'ailleurs. Voyager pour détricoter les répétitions familières, ces intrigues qui se sont 
nouées jadis, au cœur et autour d'un manque originel, et qui n'ont de cesse de se rejouer aujourd'hui, même si ça fait mal. 

Et en partage ici, mes notes, mon antisèche pour ce voyage-là, sans censure ni divan, en duo du hasard et quand la nuit tombe.
 

02
MAI 13

Un peu, beaucoup, pas du tout

Au sortir de l'école des coachs, elle a ajouté formations à foison et certifications à la mode. Et maintenant, elle s'étonne, elle se plaint de n'avoir toujours pas de clients. Et puis là, tour à tour déprimée et enragée, elle voudrait tout balancer.
Et, en même temps, elle se dandine et se tâte, elle renifle et hésite à venir en bord de ciel, un instant et plus peut-être. Comme si elle sentait bien au fond d'elle qu'il est bon d'être accompagnée pour accompagner ; un peu, beaucoup, passionnément

Et moi, là, j'aime créer quelques instants de supervision réservés à ceux de la grande école qui rechignent encore et qui ainsi patinent ou zigzaguent dans leur développement.

23
AVR 13

Bien vivre du coaching ?

Nous aimons rejouer au présent et à notre insu, nos histoires familières et de jadis, un peu, beaucoup, passionnément… comme pour trouver enfin d'autres dénouements.
Et c'est vrai aussi dans notre manière d'aller vers le monde, de tirer le diable par la queue ou bien de cultiver l'abondance sereine.
Ce sera le thème d'une journée particulière et en duo, sous l'égide de la NLPNL et comme un voyage en soi.

18
AVR 13

Prendre soin de ceux qui soignent

Il y a depuis cinq années, au sein du Ministère de la Santé, une équipe de coachs internes qui accompagnent les médecins et les directeurs d'hôpitaux sur leur chemin professionnel. Un chemin qui jusqu'alors était plutôt tracé d'avance et qui aujourd'hui est de plus en plus imprévisible et chamboulé par le train des réformes et des mutations, profondes et accélérées, sans plus de cartes ni boussole.

Et chez ces coachs-là, il y en a qui aiment aussi que je les accompagne en supervision ; parce que prendre soin de ceux qui prennent soin et qui dirigent, qui font bras de fer avec l'impossible et l'absurde, la maladie et la mort, ça ne s'apprend pas sur les bancs des écoles de coaching.

21
MAR 13

L'Atelier des DRH

Michel FOURMY est un ami de longtemps qui aime aussi accompagner les dirigeants et les DRH ; passionné par le management du capital humain, il partage son approche originale dans son ouvrage : Stratégie et création de valeur (Maxima 2012).
Et nous avons eu envie de partager un coin du ciel pour créer et animer un atelier singulier, en groupe de pairs et sur des questions essentielles :

• Etes-vous devenu le DRH que vous rêviez d’être ?
• Quels idéaux avez-vous pu concrétiser ?
• Avez-vous la place et l’influence que vous souhaitez dans votre entreprise ?
• Quelles sont vos convictions, vos combats, vos leviers personnels de développement ?

 

29
NOV 12

Accompagner en duo

Groupes Balint, thérapie familiale, co-thérapie… Derrière la glace sans tain ou à mains nues, nos ainés les psys le savent bien et nous ont montré le chemin : pour plonger dans la complexité des relations et danser avec le chaos, pour sortir des crises et créer du nouveau, mieux vaut être deux que tout seul.
Et c'est sur ces chemins-là que, tout doucement, 
pas à pas, de confrontations en ajustements créateurs, on aime aller Eva et moi : twin-coaching, supervision à la carte, coaching des communautés, Mars & Vénus sur le divan…

En partage ici l'extrait d'une proposition.
 

21
NOV 12

Métaphores & Pulsions

J'aime animer l'Atelier de l'Art-de-Changer comme un espace de création, un trampoline grand ouvert à la singularité et à l'art de ceux que j'accompagne : Catherine, Boris, Isabelle
Et aujourd'hui, sur ce toboggan en bord de ciel, il y a Agnès Parent de Curzon qui nous invite à la rejoindre pour plonger dans nos paysages intérieurs et tisser le fil de nos envies irrépressibles ;
par le détour des métaphores et sans trop de retenue alors

Dans sa vie d'avant, Agnès était médecin des yeux et aujourd'hui elle aime prendre soin de ce que, entre nos cils, au fond des yeux, nous aimons dessiner, rêver et repousser parfois.

Alors, si vous aussi vous aimez voyager, venez comme vous êtes. Ce sera le mardi 22 janvier 2013 et sous les étoiles.